Jour 11:

Aujourd’hui nous n’avons rien de prévu, excepté la priorité numéro 1, trouver un logement pour la nuit car le précédent n’était plus disponible pour une seconde nuit. Nous nous levons donc aux aurores et filons voir une chambre chez l’habitant repérée la veille. C’est une dame âgée très gentille qui nous ouvrira la porte et nous montrera une toute petite chambre dans laquelle tient tout juste un lit 2 places. La lumière est belle, les murs, meubles et draps sont dans les tons verts, éclairés par le soleil perçant à travers les volets clos. Pour 20€ par nuit, nous restons dans le budget et en ferons donc notre camp de base pour les deux prochains jours, nous permettant aujourd’hui de visiter la ville, d’aller voir du pays demain et Dubrovnik après-demain.
Pour nous accueillir, notre hôtesse nous paiera un étonnant cocktail glacé : café/coca : étonnant, pas mauvais mais bien écoeurant ! En tous cas la maison est charmante, il y a des fleurs partout, vue mer et nous retrouvons l’ambiance chaleureuse du logement chez l’habitant, contrairement à hier. Plusieurs petits chats raviront Manon.

À 8h nous avons donc trouvé notre logement, et filons directement à la plage, pas encore bondée. La mer est calme, nous faisons la planche, et tout ça avant même le premier café !! 🙂 il est à peine 9h et la chaleur est déjà écrasante. Avec les sacs à dos je vous laisse imaginer notre sueur, euh non notre bonheur ?!!

Nous faisons un tour dans la vieille ville, très belle, pavée de grosses pierres, des palmiers et bougainviliers partout, de belles ruelles. Jacky sortira devant « the place to be » qu’est la tour de l’horloge. Déjeuner à l’ombre sous une chaleur toujoyrs plus harrassante qui ne nous inspire que la paresse. Nous traînerons malgré tout nos savates sur la jetée qui constitue une balade de plusieurs km en bord de mer. Nous nous baladons en maillot de bain, même une robe est de trop. Etape toutes les 10 minutes pour une baignade. Les gens sont littéralement échoués dans l’eau allongés au bord, et nous ferons rapidement de même. Cela rappelle un peu notre instinct de mammifères.

C’est un après-midi de farniente un peu obligatoire, pas désagréable mais que nous n’avons ni l’une ni l’autre envie de réitérer tous les jours, surtout avec les plages privées qui ne laissent que peu de place aux plages « normales ».

Ce soir, nous ferons encore une belle rencontre avec un couple de français respectivement d’origine croate et serbe avec qui nous passerons la soirée.