Jour 6: ça y est nous voilà parties pour le parc national du Durmitor. Nous quittons, non sans nostalgie, la famille qui nous a accueillies et la belle maison perdue dans la nature. La « gare » de bus n’est pas loin : zone vide au beau milieu d’immeubles non terminés, dont les seules caractéristiques permettant de la reconnaître sont un petit panneau A4 cartonné et un panneau routier. Le bus a 3/4h de retard mais il passe. Manon est assisse à côté d’une dame qui ne lui laisse qu’une demi-place pour s’asseoir. Le conducteur nous jauge et nous donne un prix qui nous paraît arbitraire. La dame qui prend une place et demi a l’air de trouver ce prix exhorbitant. Finalement en comparant avec le guide ça a l’air d’aller (le guide se serait-il fait entuber aussi 😉 ?). Nous passons dans le Durmitor, le paysage change à nouveau pour nous offrir de majestueux canyons verdoyants au milieu duquel coule la Tara, notre fil rouge. Nous nous rapprochons de Zabljak mais bifurquons droit vers le nord, à la frontière serbe, vers Plejvla, ville minière sans véritable autre charme que son aspect sinistre. Le peu de gens aue nous croiserons seront plutôt bourrus. Hop autre bus, nous repartons cette fois pour Zabljak retrouver nos canyons.

L’arrivée est étonnante : pas de véritable centre ville, même genre de gare routière, Zabljak est une station touristique connue pour le ski, située à 1400m d’altitude au milieu des montagnes. L’absence de cohérence architecturale donne l’impression que tous les bâtiments ont été posés là par hasard au fil du temps. Mélange de bâtiments typiques d’une station de ski et de petites maisons. Nous avons une faim de loup (c’est le cas de le dire ici) et nous posons dans un resto familial, juste à temps avant qu’un déluge ne ravage le paysage. K-way, housses de sacs et écharpes sont de sortie. En ayant marre des patates, nous craquons toutes les deux pour une plâtrée de pâtes 🙂 Nous trouvons notre auberge, simple mais propre et partons à la découverte de cette « ville » après la pluie et prenons des infos sur les activités des prochains jours. Au programme ? Balade à cheval (et oui !!!), lac et rando (cette fois en compagnie des ours et des loups, qui paraît-il, ne sont dangereux que s’ils sont affamés), rafting et tyrolienne de 350m de long et 152m de haut au-dessus des gorges 🙂 🙂 🙂

Après un dîner buffet nous permettant de découvrir différents mets, nous avons assisté à un concert d’une chanteuse monténégrine Histina, chouette !

Voilà une journée peu remplie mais qui annonce quelques jours prometteurs avant de rejoindre la côte.

Nous vous envoyons plein de bisous !