Jour 2 : Podgorica > Ostrog. Un doux réveil s’offre à nous ce matin, lovées dans nos oreillers étoilés. Il est 7h30, nous avons un train à 9h15 pour partir au monastère d’Ostrog, taillé dans une falaise. Petit-dej et hop direction la gare. Il fait déjà très chaud. Nous trouvons sans difficultés la gare, qui jouxte la station de bus. Ce que nous avions lu s’avère correct, le train prévu est là. Oh joie, il est climatisé !!! Le contrôleur nous indique en voyant nos billets que c’est à la station juste après Ostrog qu’il faut descendre. Ok, nous parlons bien du monastère. Le paysage qui défile est bien valoné, vert et ensoleillé. Quelques maisons bordent la route, qui surplombera la vallée menant à Nikscik. C’est un très beau paysage méridional. Nous descendons comme prévu, dans une gare à une seule voie, au milieu de nulle part…. Le contrôleur nous met en garde contre les serpents juste avant après avoir quitté le train (non n’en avons pas vu, pfiou).

Pas de parking, pas de maisons alentours, rien du tout !! Une route bétonnée que nous n’avons plus qu’à suivre. Dans une nature verte mais desséchée. Génial ! C’est parti pour 1h30 de marche sous le cagnard. A la première voiture qui passe, j’ai envie de faire du stop mais manon m’en dissuade. Puis 30 minutes plus tard, nous n’en pouvons plus, et là on tend le bras ! Les premiers nous ignorent, puis un type qui apporte des légumes au restaurant nous dépose en bas du chemin qui mène au monastère. Il nous la plus jolie partie à faire à pied. Cette fois c’est un chemin pentu en sous bois, crevant mais bien plus agréable ! 30 minutes et nous voilà (enfin 😉 au monastère, petit mais très beau, tout rénové, taillé à même la roche. La partie connue est toute blanche en façade. Une autre partie plus romane est attenante. Il y a foule, et même une queu monumentale pour entrer au monastère. Au bout de celle-ci, mystère, les gens rentrent par une petite porte et ressortent quelques minutes plus tard. Il s’agit en fait d’une relique devant laquelle on peut se recueillir. La plupart des visiteurs embrasse le mur, bordé de peintures de saints sur fond noir, rappelant les météores. Puis visite de ce petit mais sympathique monastère. Nous redescendons au parking principal, en espérant trouver un gentil conducteur de voiture pour nous ramener soit à une gare, à Podgirica, soit à Nikscik. Il fait 35 degrés avec 41 ressentis et on nous explique que cette chaleur n’est pas courante. Ici aussi, c’est la canicule.
Coup de chance ! Une voiture s’arrête, et deux françaises nous emmènent à Nicksic, à l’opposé de Podgorica mais où nous pourrons récupérer un train. C’est chose faite, après un repos en terrasse en sirotant un café glacé. Sur le chemin du retour, on voit de nombreux départs de feux, certains très impressionnants, dont on voit les grandes flammes à des kilomètres.

Retour à la capitale, que nous quitterons demain pour rejoindre le parc de la Biogradska Gora. Il fait 45 degrés !!! Dans la ville il fait plus chaud. Nous prenons des infos pour le train / bus demain, traînassons en terrasse et visitons d’autres quartiers se la ville, vraiment désoeuvrée, une ambiance post-soviétique présente. Malgré tout, il y a de beaux endroits qui ont du charme. Instant bouffe oblige, on se trouve un minuscule resto qui propose une carte alléchante de légumes, salades, et des plats de pâtes de 500g !!! Nous testerons les champignons grillés, la shopska et le fromage local (la chaleur aura eu raison de mon appétit pour les pâtes). Repues, nous repartons pour notre hôtel où nous attend notre bain turc, et où la chaleur est la même qu’à l’extérieur 🙂

Demain nous partons donc au parc national, dont l’entrée n’est apparemment pas simple à trouver, l’unique resto fermé et les hordes de moustiques prêtes. Rien n’est moins sûr pour le wifi, nous verrons bien ! Cela promet de prochains écrits croustillants !!

Grosses bises à tous de nous deux !!

Un nouveau menu, pompeusement appelé « photos » permet de voir les images du périple !