Bonsoir !

Après cette fabuleuse journée de moto, la concurrence était rude. Toutefois, la journée fut bonne bien qu’elle ait commencé du mauvais pied.

Après avoir traînassé au lit un bon moment, je pars dans à pied dans les rues de Hué. J’ai toujours en tête cette idée de faire du bateau sur la rivière portant le doux nom de rivière des parfums et le tour des agences et prestaires d’hier soir ne proposant que des circuits combinés avec une heure seulement à la citadelle, je vais tenter par moi-même. Le kilomètre qui me sépare de la rivière confirmera les dires de mon chauffeur hier. Je me suis fait accostée au moins 15 fois par des motos et cyclopousses de manière plus qu’insistante. Le tupe commençant par un sympathique « where are you from » ? auquel il est difficile de ne pas répondre, et appelle déjà un chauffeur… Non je veux marcher.

Je bois un café dans un petit bar / agence de voyage et demande s’il est possible de ne faire qu’un tour de bateau sans tout le baratin du guide et sans être chronométrée. C’est possible, et même coup de chance dans dix minutes un bateau part. Bon… Un type vient me chercher à pied, il marche devant moi même si j’essaie de le rattraper, il n’a pas envie de parler manifestement. Soit. Là il m’indique un des gros bateaux de l’embarcadère, faits pour 10 personnes je pense. Personne d’autre, je comprends mieux la flexibilité horaire. Pourtant ce n’est pas plus cher que les bateaux en groupe, bizarre. J’embarque, et nous partons pour la pagode de la dame céleste, à 1/2h de là. Un type conduit le bateau, sa femme m’accueille avec un sourire radieux et leur gamin d’environ 4 ans joue juste à côté de moi avec un énorme lézard qu’il maltraite impunément. J’ai du mal à regarder le paysage tant j’ai peur qu’il lâche cette grosse bestiole. La dame revient, tout sourire et me tend une feuille A4 dans 5 langues, expliquant que même si j’ai sûrement déjà acheté des souvenirs, en acheter de nouveau sur le bateau, typiques de Hué, serait le bienvenu. Les souvenirs en question sont de gros bouddhas en bois et des écharpes, dont j’ai vu les modèles partout depuis mon arrivée. Je refuse poliment et là le sourire s’efface complètement au profit d’un regard noir. He bien merde !!

5IHjc7zYJmpt3jjrVfCM85MP4hqzNxrtF0XG4KiMPhU vef9Nag1eSWk8X1umIVRhSQ6p4Ds4o3rB6RbrC5mSDs _-TynnpAF5zufxaUD6WAkf0YCGP_pVOp0yXnL1xbCn0

Le paysage sinon, est beau, la rivière a une largeur digne d’un fleuve, mais les alentours ne sont pas pittorsques, hormis le pont de métal construit par Gustave Eiffel. Sinon des maisons au loin. Nous arrivons à la pagode, où la désormais très désagréable dame me dit que j’ai un quart d’heure pour visiter. Après un WHAT ???? indigné de ma part et des explications sur ce qui était convenu, elle me dit 30 minutes. Ben voyons.. Moi qui voulait ne pas être chronométrée… Est-ce seulement possible de faure autrement ?? Ces bateaux ont l’air d’être les seuls sur le quai, à la pagode et à Hué. Et la légende du vietnamien qui ne se met jamais en colère est fausse. Mais la légende du français qui râle s’est avérée vraie !

Je vais donc directement à la pagode, superbe. Une première tour dominante, de 7 étages, entourée de petits mausolées, l’un d’entre eux contenant une tortue en marbre gigantesque, l’autre une cloche d’une tonne. Derrière, un petit jardin qui mène à un temple, entouré d’allées bordées de bonzaïs. C’est très beau ! Et on peut voir une Austin bleue à l’ombre d’un garage, à bord de laquelle un rebelle de l’époque des Nguyen est parti pour s’immoler par le feu en signe de protestation. 25 minutes sont passées, je prendrai soin de bien prendre les cinq dernières. Le bateau est là, la dame me fait grimper sans un mot. Retour vers Hué, je n’ai même pas un au revoir. Youhou, ça met de bonne humeur tout ça.

Heureusement la cité impériale, dans laquelle je passerai tout l’après-midi dans un havre de calme, de paix et de magnifiques palais va me remonter le moral et apaiser mon esprit, quelque peu courroucé. Je me suis fait avoir, tant pis. L’entrée de la cité est très imposante, entourée de douves. Classée au patrimoine mondial, elle contient une étonnante diversité de pagodes, palais, galeries et jardins, tous restaurés. Le tout a été construit début XIXeme sous la dynastie Nguyen. Ce sera une vraie balade, ponctuée de belles visites, avec au centre un jardin contenant au moins deux bonnes centaines de bonzaïs de toute sortes !!! Et je retrouve des croix gammées partout. Afin de vous éviter un récit historique long et imprécis, j’ai fait des photos 🙂
Seul élement mentionné partout, les français ont pillé la majeure partie des trésors, l’autre ayant disparu pendant la guerre… Avant de partir, je profiterai longuement du calme et de la nature. Rude contraste avec la réalité ensuite !

En sortant de la, j’ai une dalle monumentale, n’ayant pas mangé depuis ce matin. Du coup je me jète sur le premier troquet venu et me tape 2 assiettes de frites ! Ensuite s’en suivra le retour dans la ville, la très belle traversée du pont Eiffel, et flâneries dans les rues. Puis, étant interpellée par le nom d’une fondation qui a pignon sur rue, j’atterris dans un bar / magasin qui n’emploie que des personnes handicapées, la plupart étant sourdes et muettes. C’est une fondation américaine, the Spiral Foundation, qui travaille plus largement sur les soins, la réhabilitation et le soutien des familles. Du coup j’y sirote un délicieux thé au gingembre en lisant les brochures.

Une journée de contrastes est passée, entre bruit et calme, énervement et sérénité. Je ne suis pas mécontente de quitter Hué, car en dehors de la citadelle et des tombeaux bordant la rivière, la ville n’est pas agréable (opinion purement personnelle). C’est ainsi que je partirai demain matin, pour Hanoi, ma dernière destination. En tous cas je n’avais jamais vu autant de bonsaï de ma vie !!! Quant aux galères, je vous raconte la manière dont je les ai vécues sur le moment mais c’est ca aussi le prix de,la liberté de ne pas avoir pris un tour tout organisé qui ne m’aurait pas plu, alors ca va 🙂

Grosses bises !!!