Yeeeahhh !!!

Et bonjour 🙂

Aujourd’hui fut une SUPERBE journée ! Du pur plaisir du début à la fin. Cette fous c’est une grosse moto qui vient me chercher. Je serai seule avec le chauffeur toute la journée en plus. Pour une fois le casque, ajusté est fourni. Le programme de la journée : rouler à travers montagnes et champs dn faisant plein de beaux détours pour rejoindre Hué, 4eme ville du pays.

Et c’est partiiiii !!! Nous prenons la grande route qui longe la plage, que j’ai faite hier direction la montagne des bambous, autrement appelée « marble mountain » (ne pas chercher de rapport !) à un peu moins d’une heure de route. La moto est confortable, mon sac à l’arrière fait même office de dossier et le conducteur manie la bête à la perfection, avec la relative prudence que l’on peut avoir ici. Je sens le vent sur mon visage et ressens le vrombissement du moteur sous mes pieds pendant que nous slalomons entre les scooters et camions sur la 4 voies (2×2 voies mais comme beaucoup de gens vont à contresens ça en fait 4!). La mer, les immeubles et les petites maisons défilent. La montagne se profile au loin. Il s’agit d’une grosse formation carstique.

8VV6Bzpk1gw71Ol_K-t_jgCFjqvrsKRxJUGdEDLKLUY

Nous y sommes et là j’ai tout le temps que je veux pour visiter la multitude de temples, de pagodes, de grottes et de petits chemins que renferme cette montagne. La première chose qui me frappe c’est un ascenceur qui grimpe directement à la pagode principale ! Ça je n’avais encore jamais vu !! Et je le prends, je redescendrai à pied (flemmarde). C’est très beau : le lieu est mystique, rempli de grandes pagodes aussi bien que de tous petits chemins que l’on peut prendre à sa guise, recellant à chaque fois des surprises : statues, mini temples ou grottes contenant des temples troglodytes. La première est une pagode-building, hissée à flanc de colline. Des céramiques et mosaïques superbes, des bonzaïs, de l’encens… Le lieu est touristique mais la diversité des chemins permet de s’éloigner et de se balader peinard. Ensuite un temple troglodyte au milieu d’une immense grotte, avec un bouddha tout aussi gros, entourée d’arbres aux racines dévorantes, c’est splendide. Et ce sera ainsi pendant les deux heures qui suivront.

Je retrouve mon chauffeur qui me paie un bon café et tente le loto local, vendu à la sauvette dans les rues ici. Le gain maximal est d’un milliard et demi de dongs soit 70’000$.

CnP4IMFRjmwJlUy1o4EdTtt0mEIYKZSQRwBZ7GjZ6rg

C’est reparti, nous passons dans plein de rues de Danang, grande ville pleine de buildings, puis vient la route de montagne !! Verdoyante, la route est superbe, entre la montagne et la mer, pleine de virages et de chicanes dignes d’une piste de formule 1. La moto se couche dans les virages, la mer brille sous le soleil, je suis aux anges. Tout en haut, des bunkers français et américains criblés de balles, vestiges du passé. Nous descendons cette fois, nous rapprochant de Hué.

Nous prenons notre pause déjeuner dans un port de pêche qu beau milieu d’un lagon et là j’ai droit à une myriade de poissons et fruits de mer… Ça commence avec des calamars entiers, mon guide m’en sert au moins 5 ou 6, puis des moules cuisinées aux herbes et cacahuètes, des crevettes, une soupe de morning glory (épinard aquatique), du riz et du porc au caramel !!! Je suis obligée de goûter au moins un calamar, que je trouve répugnants en temps normal. Tout est frais, on voit les cuisiniers aller chercher les bestioles dans les bassines à l’entrée. Alors allons-y, goûtons. Finalement ce n’est pas mauvais, je ne suis pas fan mais ça passe, le goût est bon et la sauce est excellente. Pour les crevettes, empallées tout en longueur sur des brochettes, mon guide me dit qu’il faut garder la carapace et les pattes, pour ne retirer que la tête. Mouais… Testé et non approuvé 🙂 mais je mange de tout et le repas est vraiment fastueux !!!! Et ce petit port très reposant.

Après cette pause culinaire, nous roulons et roulons encore sur de petits chemins entre rizières et mer, parfois longeant les rails du train. Après une bifurcation à droite et un chemin encore plus petit, puis une petite marche, nous atteignons l »elephant spring », rivière qui coule en cascades bleu azur sur de gros rochers. Je tente de mettre mon doigt de pied pour tester l’eau (et accessoirement m’y baigner) et tombe dedans… Toute la moitié du corps 🙂 heureusement que je n’ai pas mon telephone ou mon appareil photo ! Vue la chaleur, je sècherai vite. Cette pause fait du bien.

Et hop c’est reparti !!! Nous sommes déjà dans l’agglomération de Hué, très rurale, avec des rizières à perte de vue et des petites maisons bordant les routes. Un bordel innommable sur la dite entre les camions et les gamins qui déboulent de nulle part à moto. Heureusement nous la quittons pour reprendre de petits chemins, traverser un nouveau petit port, puis terminer par un bon café (he oui il est 17h30 mais c’etait offert!), au bord d’un vieux pont japonais en bois perdu dans la campagne et les fermes, où les poules, les vaches et les chèvres circulent librement.

La journée touche à sa fin, et nous arrivons dans un dernier slalom dans la foule mouvementée de Hué. La citadelle a l’air très belle, ça tombe bien j’y vais demain. Quant à la ville, elle me paraît beaucoup moins sympathique. Le chauffeur me met en garde contre les sollicitations des rabatteurs. Malgré mon assurance à lui dire que j’ai pris l’habitude et que ça ne me dérange pas, il insiste. Et quelques instants plus tard je comorendrai, rapidement accostée par des motards demandant sabs sourire aucun, un bisou ou une clop… Et mon hôtel, très correct, qui veut me vendre un tour en bateau à 25$ !!! (C’est 8$ à côté). Demain je ferai tout à pied !!

Voilà, ce soir je vais faire de beaux rêves et aime définitivement les sensations, l’indépendance et la liberté de la moto !!!

Bonne nuit !