Encore une belle journée qui s’achève, et qui a commencé tôt ! À 5h, me voilà debout, quelque peu éveillée grâce à la bouilloire et au café vietnamien soluble dans ma chambre, très bon.

Rendez-vous au débarcadère pour grimper sur la petite barque, sur laquelle je serai seule avec le chauffeur. A côté de nous plusieurs autres barques biensûr, mais surtout de gros bateaux qui emmènent 20 touristes d’un coup, uniquement sur les marchés flottants.

A l’inverse, nous allons passer par deux marchés, mais aussi sillonner les petits canaux, parcourir la mangrove, marcher et voir un peu de l’intérieur ces mille et uns canaux ainsi que les habitations qui les entourent. Ce sera une journée magique, riche pour tous les sens !

Le premier marché est à 7km, nous voguons sur le Mekong, non sans émotion pour ma part, en longeant la ville et ses buildings sur la rive droite, et les habitations sur la rive gauche. Maisons sur pilotis en bambou, la plupart composées d’éléments assemblés de tole, d’autres moins nombreuses, construites sur pilotis en béton. Il fait encore nuit lirsque nous commençons et le jour se lève peu à peu sous le ciel nuageux.

Lorsque nous arrivons au premier marché, il fait jour. Il s’agit d’un marché avec des bateaux assez gros, qui tous hissé sur un long bâton les produits qu’ils vendent. Mangues, ananas, patates douces, durians… Ça fourmille dans tous les sens. Je loupe de peu le bateau « café » qui oscille entre les bateaux et qui est déjà loin quand je réalise que non, ce n’était pas un rêve mais bien des litres de café chaud qui viennent de passer à côté de moi. Ce marché est assez grand et vend des produits en gros.

c7w-PkTv04FgN9xXXbHMTUSzv77TuV9iDvof8oAiChY

10km plus tard, nous arrivons au second, plus petit, aussi bien pour sa taille globale que pour la taille de ses bateaux, désormais des barques telles que la nôtre. Nous sommes à la mêmf hauteur, et les produits, similaires, se vendent au détail. Mon chauffeur coupe en deux temps trous mouvements un ananas qu’il vient d’acheter et m’en tend généreusement la moitié. Moi qui ne mange jamais d’ananas (n’est ce pas Papa 😉 ?) je m’enfile la moitié d’un ! Il est très bon finalement, mais très vide ma bouche devient très acide.. Une banane fera l’affaire pour compenser tout ça ! Pendant ce temps, mon chauffeur me tend un chapeau vietnamien et me fait signe de pauser, là au beau milieu du marché. Allez pourquoi pas, c’est parti pour la photo souvenir ! Et finalement quand je croise les autres touristes avec des couronnes en feuilles de bananiers, je m’en sors bien 🙂

Le marché est un concentré de couleurs, d’odeurs et de goût ! C’est vraiment atypique car on a une proximité avec les gens peu habituelle sur nos marchés.

CoS2zgsJM3AOyv-XGUtGmqJ4BcJSYKacl-8CpnyyndI

Nous le quittons quelques temps après, et voguons de nouveau sur les larges rives de l’imposant Mekong. Puis virage à droite dans l’une des nombreuses embouchures. Le paysage change complètement : les rives sont bordées de bananiers, pommiers, manguiers et autres arbres qui me sont inconnus.

5Vkdk34jqZR1Vl37ip5SAwgclLHcvAmpIYEBP7s9Z-w a_nUFkazj3zqN6glHm4eubGoLLZb2cOWlGR8fb5SWNg

Je m’amuse à admirer les fleurs qui poussent dans l’eau mais aussi celles en origami de feuilles de palmiers posées sur le bateau. Alors le chauffeur m’en cueille deux, que nous mettrons dans une petite bouteille d’eau et coincerons sur le côté. Petit instant de poésie !

E58ix95f0VyELj5QmbyKScqFvufwErfrw3s3r19Bq-E

Derrière les palmiers et autres arbres fruitiers, des petits chemins et des maisons. Les coqs claironnent. Là le chauffeur nous arrête et me propose de marcher un peu, nous nous retrouverons plus loin. Les habitations sont certes de fortune, mais beaucoup plus cosies que leurs voisines de la grande rive. En tentant un bonjour en vietnamien, je me fais reprendre par un vieux monsieur, avec qui je travaillerai min accent pendant quelques mètres avant de rejoindre Tim (orthographe probablement fausse), mon chauffeur, qui cetz fois-ci m’offre des tranches de bananes frites avec du poivre. Pas mal du tout !

Nous nous arrêtons boire un café et c’est l’occasion de voir la préparation des galettes que j’ai mangérs hier, fabriquées comme des crêpes et séchées au soleil pendant 5 heures.

Plus nous voguons, plus le paysage devient vert. Cette fois, des rizières aux couleurs vives nous entourent. Nouvelle pause marche. Et lorsque je retrouve Tim, il est sur un « pont » constitué de quelques branches et me fait signe de venir le rejoindre de l’autre côté. Euh…..??! Malgré la possibilité de refuser, je tente, ne fais pas la fière mais oui !!!! Je l’ai fait 🙂

Je teste les crevettes noix de coco, elles ont des têtes gigantesques. Ce n’est pas mauvais mais pas transcendant non plus. Il ne faut pas penser à l’état du fleuve. Après cette pause je suis repue et bercée par le bateau. Je m’endors presque ! Ça tombe bien nous bouclons la boucle et repartons vers Can Tho. En arrivant je recroise le chauffeur avec qui j’ai sympathisé hier soir 🙂

Là, repos, et aprem pratique : poste, banque et réflexion sur la suite du parcours. Je pense avoir été jn peu trop gourmande en termes de destinations et me rends compte que 1j à Ho Chi Minh, 1 minuscule nuit à Nha Trang, et le train vont être crevants. Du coup changement de plan, j’annule Nha Trang, qui devait constituer mon point de départ en train pour Hoi An et vais rejoindre la ville en avion directement par Ho Chi Minh, où je resterai une nuit de plus. Tant pis, je vais louper une bonne partie de la côte mais il faut faire des choix (je déteste ça). Serai obligée dd revenir !!

Tout étant arrangé, balade dans la ville où je recroise des anglais rencontrés dans un bus au Cambodge, puis de nouveau le chauffeur de bateau ! C’est marrant d’avoir un semblant d’habitude ici.

ZF_NgrN5l9w9i8WVUKeHwgp1_ZjCI5OkzhB7bPRyyPATqDp8Do-Mn8ZVizNNsl_8fdSfMUMid-N5_UT50JlLnI ZF_NgrN5l9w9i8WVUKeHwgp1_ZjCI5OkzhB7bPRyyPA

Je croise également un camion, qui, comme beaucoup ici, ont comme signal de recul la Lambada :))) trop fort !

Voilà, maintenant c’est l’heure de refaire le sac pour une énième fois et heureusement pas encore la dernière. Ce pays commence à me plaire !

J’espère que vous vous portez bien et vous embrasse tendrement.