Chào !

Aujourd’hui j’ai quitté Phu Quoc, non sans regret de rester encore un peu pour explorer cette belle île et plonger à nouveau. Et non sans difficultés. J’ai réservé un bateau et un bus directement depuis l’hôtel, que je devais récupérer à la réception à 22h. He bien à 22h la réception est fermée depuis une demi-heure. On me dit demain matin 6h, le bus partant à 7h. À 6h, réception fermée, n’ouvre qu’à 7h… Grrrr mais tout s’arrange, je récupère mon ticket in extremis et c’est parti pour 8h de voyage en mer et sur les routes du delta du Mekong !

Le bateau, un nouveau Superdong, est bondé, nous sommes 2 touristes. Karaoké et variétés vietnamiennes dans les enceintes et sur les écrans, histoire qu’on oublie pas où on est. Un gamin qui dégobille, je n’oublie pas que suis sur un bateau 😉 Pour profiter du paysage, de l’air et des îles que nous traversons, je monte sur le pont. Et là, grand moment de solitude… Je suis la seule femme et la seule étrangère et suis regardée comme une bête curieuse. C’est bien au moins je sens ce que ça fait, et c’est pas super funky quand même !

Nous arrivons à Rach Gia, sur la côte ouest vietnamienne, où on m’a indiqué de courir vers les bus oranges pour être transférée à la gare routière et rejoindre le bus pour Can Tho. Ce que je fais ! Mais je veux essayer de changer de tucket car le type s’est gouré dans ma réservation et a pris un bus bien trop tard. Impossible, personne ne me comprend, on me fait signe de manière insistante de grimper dans ce foutu bus ! Ok, on verra bien, souvent ça finit bien 🙂 et c’est le cas. À la gare routière, plein de bus et des guichets de la compagnie de bus. Je retente le changement d’horaires, tout aussi vainement, face à un type qui ne me dit que yes et no …?!? Et me fait signe de le suivre, voulant absolument que je m’asseye dans la salle d’attente. Celle-là je pouvais la trouver toute seule 🙂 du coup j’en profite pour manger un bout.

Là une sud-africaine se joint à moi, elle cherche son bus désespérement. Nous mangeons ensemble. Je l’aide comme je peux. Et dès qu’elle le trouve, sans un au revoir un regarx ou un merci hop partie ! Halala….

Finalement, après moult recherches et malentendus, je trouve le mien ! Un des chauffeurs tenait absolument à ce que rentre dans le bus pour HoChMinh, mais non ! 🙂

Entre temps j’ai fait connaissance avec une retraitée canadienne dans les toilettes grâce à un mouchoir ! Et je la retrouve avec son mari dans le bus. Cette fois c’est parti pour Can Tho ! Le mec conduit comme un taré ! La route n’est pas compliquée, und lignd droite pendant 2h, un virage à 90 degrés à droite puis re tout droit pendant 2 heures. Que des petites échoppes, des palmiers, des canaux, innombrables, et tous les 500 mètres, des églises catholiques et des temples asiatiques avec des croix gammées.

Je lutte pour voir le paysage, car tout le monde a fermé ses rideaux, y compris la guimauve qui me sert de voisine 🙂 sarcasme oblige, elle porte une jupe en nylon rose pâle, ornée d’abricots et de pétales de roses, le tout avec un sac chanel en cuir capitoné et un gilet assorti en maille chenille. Je suis méchante car j’ai eu du mal à lui faire ouvrir les rideaux 😉

sDOXoVOgbNfpAt0f9b5XGvkOEbjgdxhL_qWt4gu72pU

Après le virage à droite, changement de décor : des rizières, vertes vif cette fois, superbes ! Puis nous arrivons. Can Thonest une grande ville située au beau milieu du delta, plus d’un million d’habitants. Je loge tout près de la rivière et du débarcadère des bateaux en partance des marchés flottants. Je réserve une barque pour demain, départ à 5h30 ! Nous irons voir non seulement les marchés mais aussi les petits canaux. J’ai hâte !!

En me baladant, je retombe sur le couple de canadiens, qui me payent une tranche de pastèque. Puis balade dans la ville, alternance de petits marchés par terre et de gros bâtiments dans des grandes avenues. De l’autre côté de la rive, les maisons plus traditionnelles en tole et en bois. Je m’attarde au bord de la rivière et me fait aborder par un conducteur de bateau. J’ai déjà réservé, mais nous papotons un bon moment malgré tout. Il m’offre de sa galette, une sorte de crêpe rigide au riz et au poivre, très bonne. Et avec tout ce qu’il me dit, j’ai encore plus hâte d’aller au marché demain. Ça fait 22 ans qu’il conduit des bateaux. Toutes les bonnes choses ayant une fin, je le quitte à la tombée de la nuit et vais manger pas loin de chez moi ! Et là, à l’instant précis, je suis à côté d’un karaoké tonitruant, dont le style se situe entre la machina, la dance et les chants asiatiques, c’est marrant !

Bref, une belle journée, pas super bien commencée mais très bien terminée !

Je vius souhaite une belle journée ou nuit. A très vite !