Et rebonjour !

J’ai tellement de retard que je sépare les articles, d’autant plus que je viens de changer de pays et d’arriver au Vietnam.

Ce matin, check-out un peu agité car on me demande 18$ de repas que je n’ai pas consommés. Une fille aurait commandé via mon numéro de chambre… Mais après discussion, le compte est bon. Je prends un l’unique minibus qui se rend à HaTien, à la frontière. Nous sommes 6, un jeune hollandais au milieu d’un trip de 6 mois, un retraité allemand ayant pris un aller simple dès la fin de son boulot, un couple de français sillonnant l’Asie pour deux mois et un couple de quebequoises ayant 9 mois devant elles pour voyager… Chacun quitte le Cambodge et certains n’ont pas aimé du tout, en comparaison avec la Thailande, beaucoup plus développée.

Notre convoi haut en couleurs traverse une dernière fois les rizières et marais salants du Cambodge, et nous voilà arrivés au bout d’une heure et demie à la frontière vietnamienne. L’actuel poste frontière est tout petit, en taule ondulée mais un autre bâtiment énorme, mi stalinien mi asiatique est en construction. Un type à moto, chemisette et tongs nous fait descendre du bus et nous prend nos passeports.. Le bus nous quitte et nous attendons. Je suis contente de ne pas être seule. Nous marchons dans le no mans land jusqu’au second poste frontière, où un succun contrôle de température et un dollar nous valent de ne pas être fouillés. Heureusement car avec tous nos sacs, on en aurait pour la journée. Les deux québecquoises dansent un tango muet dans la douane, sous les yeux ébahis des gardes frontieres, qui les filment. Après un quart d’heure d’attente, nous récupérons les visas et partons, nous sommes au Vietnam ! Et finalement, ceux qui ont fait faire leur visa au Cambodge à l’arrache passeront sans problème..

SDAA499qENBy0JrVG5Hpecjfs-rv6JQSHFmsjqyalVs 3gV_TukA6_ECDyEGtCoZdF9olsLOHUc-EJE8BAPqqDQ

Selon les dires de touristes et de cambodgiens, les vietnamiens sont bien moins accueillants, on verra !

Après quelques minutes, direction le port où un superdong, bateau rapide, nous emmènera à Phu Quoc, île au beau milieu du Golfe de Thaïlande. Une heure et demie plus tard nous u sommes. Un autre bus nous emmènera du sud à l’est de l’île, dsns nos hôtels respectifs. Le mien tient ses promesses, au bord de la mer. Je pars changer mes dollars en millions de dongs…. Et vais me poser lire sur la plage, nous sommes déjà en fin d’après-midi. Pour l’instant, peu de sourires et des gens moins chaleureux, mais aucune généralisation n’est possible, il ne s’agit que d’un échantillon.

3t6zXvrFicn_bqp7kI7289yCmJuOjohUvltjFLEX_tU

Ici ce sera donc pause plage, ainsi que demain. Mais je m’emmerde vite sur ma chaise longue, alors je réserve un tour en bateau demain pour aller faire du snorkelling et à la découverte de l’île ! Et je me lèverai très tôt pour ne pas perdre une miette de ce paysage somptueux. Bon et sinon ici c’est blindé de russes et d’allemands, même certains menus sont en russe…

1yeoud_8g6jOc0a3NAnBgcKhozYlnC_zbGaUIj-8kOQ Msm931IsT6PdHAHgZpDGu5dcsZUo8rER8zctFHgW_yA kF0SitXREX09PyoroQhA6ZRfdWBhoz8cazYcNoSaY-I m8nnfnh73p-vjLuYEh_F9-bC9s1d8aUBMeazKz4pq2g

Voilà, c’est déjà fini pour aujourd’hui, déjà plus que 2 petites semaines, ça passe vite !! Je vous écris ces lignes dans la nuit, sous un palmier en écoutant les vagues, avec au loin des lumières, des centaines, petits bateaux de pêcheurs. Et ici il y a du moustique !! 🙁